Biais cognitif: le Zoo cognitif

Un biais cognitif est une déviation systématique de la pensée rationnelle par rapport à la réalité.

Il existe de nombreux biais cognitifs. Ce court article vous offre une liste de biais qui peuvent plus particulièrement affecter nos décisions financières.

21 Useful stuff ideas in 2021 | web design freebies, ux design process,  history of philosophy

L’effet d’ambiguïté

La tendance à éviter des investissements incertains, dont la probabilité de résultats est inconnue.

Le biais de congruence

La tendance à favoriser ses propres hypothèses par rapport à des hypothèses alternatives..

Conjonction fallacieuse

La tendance à supposer que les conditions spécifiques sont plus probables que les conditions générales.

L’effet de dénomination

La tendance à dépenser plus d’argent lorsque la somme est présentée sous la forme de plusieurs petits montants que sous la forme d’un seul gros montant.

L’effet de dotation

La tendance à attribuer à un bien possédé plus de valeur qu’à un autre.

L’effet de cadrage

Définir plusieurs conclusions en partant d’une même information, en fonction de la manière dont l’information est présentée.

L’erreur de joueur

La tendance à penser que les probabilités futures seront altérées par des évènements passés.

Le biais rétrospectif

Parfois appelé l’effet “je-le-savais-déjà”, la tendance à voir les évènements du passé comme prévisibles au moment où ces évènements se produisent.

L’aversion à la perte

La plus grande sensibilité aux pertes qu’aux gains.

Biais de familiarité

Préférence pour des investissements dans des secteurs qui nous sont familiers.

Le biais d’optimisme

La tendance à être trop optimiste, à surestimer les résultats positifs.

Erreur de planification

La tendance à sous-estimer le temps de réalisation des tâches.

Effet de primauté

La tendance à se souvenir des éléments principaux par rapport aux éléments plus mineurs.

Le biais de statut quo

La tendance à préférer que les choses restent telles qu’elles sont.

L’effet Dunning-Kruger ou surconfiance

La tendance à surestimer ses compétences, notamment dans un domaine où l’on est peu compétent.

Le biais égocentrique

La tendance à attribuer plus de responsabilité par rapport aux résultats d’une action conjointe que ne l’aurait fait un observateur extérieur.

Effet Halo

Une perception sélective d’informations qui nous pousse à baser nos décisions d’investissement sur un seul élément saillant. Par exemple, décider d’investir dans un fonds d’investissement car nous connaissons son gérant.

Esprit grégaire

La tendance des personnes à mieux traiter les personnes que nous considérons comme faisant partie de notre groupe.

Biais de projection

La tendance à supposer inconsciemment que les autres (ou le futur soi) partagent nos états émotionnels, nos pensées et nos valeurs actuelles.

Le biais d’égoïsme

La tendance à revendiquer plus de responsabilité pour les succès que pour les échecs.

L’effet pire-que-la-moyenne

Une tendance à se croire plus mauvais que la moyenne sur des tâches difficiles.

Références:
Liste de Wikipedia
“Making great decisions,” McKinsey Quarterly, Avril 2013, de Dan Lovallo et Olivier Sibony

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.